samedi 24 juin 2017

Les riches heures du cycliste ordinaire


Voici la nouveauté de ce début d'été : Les riches heures du cycliste ordinaire publiées par Gros Textes (ISBN 9782350823409, 6€, 56 p.). C'est mon plus petit format à ce jour : quatorze centimètres sur dix. Mais y tiennent quand même quarante et un petits poèmes sur la vie vue de vélo. Si ces textes n'ont pas été écrits en selle, ils ont leur origine dans mes petits périples vélocipédiques réguliers entre le domicile et le travail. On parle parfois de philosophie de comptoir ; ici c'est peut-être de philosophie de trottoir et de pédalier dont il s'agit...
Yves Artufel, maître d'œuvre de Gros Textes, en parle ici et .



mardi 4 avril 2017

Un beau volume de Nouvelles de Bretagne

J'adore la couverture du recueil de nouvelles que viennent tout juste de publier les éditions Magellan & Cie de Paris. Nouvelles de Bretagne appartient à leur collection de nouvelles du monde entier baptisée "Miniatures".
A la demande de l'éditeur, c'est Hervé Bellec qui a invité cinq auteurs à proposer une nouvelle inédite. La mienne s'intitule "La Maison des dunes" et son intrigue se déroule à Plouescat (29) et sur son littoral entre 1944 et 1999. Les autres auteurs sont Hervé Bellec, Nathalie de Broc, Daniel Cario, Fabienne Juhel et Arnaud Le Gouëfflec ; autant dire que je suis très fier de ce compagnonnage !
A commander dans toutes les librairies - surtout les bonnes - pour la somme de 12 euros.



jeudi 23 mars 2017

Printemps des poètes

Une plaquette pour célébrer le Printemps des poètes, pas grand-chose de mieux quand on écrit de la poésie... Les éditions de La Lune bleue viennent d'imprimer et éditer mon Gardien de trois fois rien, petit ensemble de huit poèmes accompagnés de quatre acryliques de Lydia Padellec. Le tirage est de 50 exemplaires, numérotés et signées, dont 4 tirages de tête qui contiennent une acrylique originale. Le prix de vente est de 14 euros et il semble partir vite...


Brèves hivernales avec du retard !


Aïe, je suis encore en retard pour annoncer quelques publications de l'hiver qui vient de s'achever...
- Quelques poèmes en anglais : tout d'abord dans le numéro 7 de la revue No Poezia (Bulgarie). Ce sont "In the Garden" et "Questing Back", traduits en bulgare par Petja Heinrich. J'adore signer Оливие Кузен maintenant ! Puis un autre poème, "Electronic Pandora's Box" est paru dans le numéro 3 de Bindweed Magazine. (On peut aussi le lire en ligne.) 
- Enfin, comme annoncé précédemment, ma nouvelle "Jaouen est un con" a été publiée dans le recueil collectif Longères, bombardes et ressacs, sous-titré "Quinze histoires morbihannaise", chez Stéphane Batigne éditeur.




jeudi 29 septembre 2016

Bilan de rentrée (avant que septembre s'achève)

L'année 2016 n'aura pas été de tout repos. Ni au sens figuré, ni au sens propre. Des hauts et des bas qui font que, même si j'ai travaillé, je n'ai rien fit figurer sur ce blog. Alors je me rattrape en ces temps de rentrée...
- Ma nouvelle "Jaouen est un con" sera publiée sous peu dans un recueil collectif chez Stéphane Batigne éditeur : Longères, bombardes et ressacs, sous-titré "Quinze histoires morbihannaises". (J'en reparlerai dans quelques semaines.)
- Bindweed Magazine a retenu au début de l'été six de mes poèmes en anglais pour son numéro un. (On peut aussi les lire en ligne.) D'autres pourraient suivre cet hiver.
- Les revues 17 Secondes et No Poezia (Bulgarie) m'ont annoncé ma présence à leur sommaire dans un très prochain numéro : ça fait doublement plaisir ! 
- Il y a quelques jours j'ai remis ma copie pour une plaquette commandée par l'éditrice de La Lune Bleue, à paraître en mars 2017.
Enfin pas mal d'autres chantiers ont bien avancé, d'autres works in progress ont progressé : 2017 sera (peut-être) une année faste !


dimanche 21 février 2016

Trois plaquettes galiciennes

Nouveau cadeau d'Emilio Araúxo, passeur de poésie en Galice. Je viens de recevoir Desfilar e desafiar, sa version de mon poème "Défiler et défier". Il est l'animateur de la revue Amastra-N-Gallar à Saint-Jacques-de-Compostelle et traduit admirablement des poètes et des philosophes en galicien. C'est aussi un photographe passionné des felos du carnaval de sa région d'Ourense (voir : http://felosdemaceda.com) et il leur consacre toute une série de plaquettes poétiques en invitant des poètes du monde entier. Le principe : une photo, un poème dans la langue originale du poète et sa traduction en galicien par Emilio.
C'est ici la troisième fois qu'il me fait l'honneur de me proposer de poser mon regard et mes mots sur ses felos. Trois fois donc que cette edición non venal (comme il l'imprime au dos en lieu et place du code barre) me reçoit : Impedir a fenda do mundo ("Empêcher la fêlure du monde") en 2011, A pesar da chuvia ("Malgré la pluie") en 2014 et Desfilar e desafiar ("Défler et défier") en 2016.
Merci Emilio !


dimanche 13 septembre 2015

Les Vieux Fantômes de Tristan Trassire


 [roman: éd. Chemin Faisant, 2015, ISBN 9791091558297 (12 €)]

Roman composé durant plusieurs étés, Les Vieux Fantômes de Tristan Trassire, vient de sortir de chez l'imprimeur. Je peine un peu à le croire !

   "À l'échelon du rock français, Tristan Trassire a connu un vif succès avec son groupe Les Tristes Sires. Comme souvent, une véritable traversée du désert s’en est suivie, d’autant que Tristan a dû assumer la mort de sa fille – tragédie dont la responsabilité continue à l’accabler. Dans ce roman façon road movie avec bande son intégrée, Tristan raconte son temps d'errance (au pays de Galles, à Lisbonne et en Inde, puis à Londres) qui lui permet de se reconstruire un tant soit peu. Il navigue du plus noir à un certain détachement un peu désabusé et parfois amusé. Il y a heureusement eu des rencontres marquantes : celle de Kelly et son jeune frère autiste. Mais aussi avec deux musiciens ressurgis de son passé, sans que Tristan ait conscience que ces rencontres vont l'aider à avancer. Petit à petit lui revient l'envie de reprendre en main sa vie de musicien… en transformant en alliés précieux les fantômes qui le hantaient."

La quatrième de couverture valait mieux que de longues explications ! J'ajouterai juste ceci : c'est un roman dont le héros se perd/s’y perd entre le gris très foncé et le gris clair d’une vie où les échecs et les succès se tirent la bourre. Si ses aventures vous enquiquinent, il vous en restera tout de même une bande son… avec de vraies vraies surprises ! En entrant dans la quarantaine, j’avais envie d’un roman qui soit un hommage à la musique que j’aime depuis mon adolescence (le rock indé), qui m’a nourri et construit peut-être même...